Accueil-test

Antoine Lumière

Antoine Lumière le père des Frères Lumière
Atelier initial Antoine Lumière

Né en Haute-Saône en 1840, Antoine Lumière était une forte personnalité, un esprit artiste et non conformiste dont témoignent son attirance pour la peinture et la chanson et surtout la manière qu’il eut de susciter puis de s’occuper dès 1894 de l’invention de ses fils. Marié à 19 ans, Antoine s’établit à Besançon comme peintre, puis comme photographe. 

C’est dans cette ville que naissent ses deux premiers fils : Auguste, en 1862 et Louis, en 1864. En 1870, la famille Lumière fuit l’Est de la France devant la menace prussienne et arrive à Lyon. Brasseur d’affaires né, Antoine ouvre un studio de photographie dans le centre-ville. Il surveille de près le progrès des inventions dans le domaine des images animées sans manquer de jeter un regard attentif sur la scolarité de ses fils : Louis et Auguste sont élèves à La Martinière, le plus grand lycée technique de Lyon.

Les origines de la famille étaient modestes. Antoine, fils d’un vigneron et d’une sage femme, épousa une blanchisseuse, Jeanne-Joséphine. Ensemble, ils auront six enfants : trois garçons et trois filles.
Auguste et Louis, les aînés, sont nés à Besançon, mais c’est à Lyon que la famille s’établira et fera fortune. L’aisance matérielle déclencha chez Antoine ce que l’on a appelé « la maladie de la pierre ». Il fit, en effet, construire de nombreuses villas. À La Ciotat par exemple, où la famille aimait passer les beaux jours, mais aussi à Evian, et au Cap d’Ail, à côté de Monaco.

Cette famille nombreuse passait beaucoup de temps ensemble, autant dans le travail que dans les loisirs. De nombreux films et photographies ou autochromes, au bord de mer, en sont les témoignages.

Dans cette fratrie, Auguste et Louis formaient un duo soudé par un serment d’adolescence, allant même jusqu’à épouser deux soeurs (les filles d’Alphonse Winckler, brasseur de bière et ami d’Antoine) et à habiter ensemble dans une villa située à deux pas de celle de leurs parents. Cette union de deux frères avec deux soeurs fera dire à Antoine : « À eux tous, ils n’auront que deux belles-mères » !

Contenu d’accordéon